Retour accueil - Amarante

Articles et contributions de l'auteur

LE PETIT SEMAINIER - COMPTE RENDU DE LECTURE

sur JENNY, amie éternelle de Delacroix


De jour en jour
Lire
En une semaine

Le récit d'une vie
Vécue en une vie
écrite en une autre

Ô cœurs épris


Lundi
*
Empreintes du pays


… Finistère…

Ici finit
Cette immense plaine du Pacifique à l'Atlantique

Qui, de forêts en tous verts
Et steppes de tous vents

Vient s'achever
En îles et presqu'îles
Sur la mer grise et bleue

A Pleyben
Il y a deux siècles

Naquit une petite bretonne
Au teint blanc
Au parler celte
Au cœur pur
Jeanne-Marie, dite Jenny


… Printemps vert …

Bosquets en bouquets

De la montagne
Les vallées lumineuses

Dans les vallées
Les appels des chapelles

Fins clochers de granit
Troués d'air
Dans le ciel bleu

Pierres moussues
Sous plantes légères

… Automne roux …

Tout en feuilles volantes
Etales, roulées, déchirées,

Sur tous tons de fauve
Solaire, mouillé, fané

Chemins de feuilles jaunes
Que le vent emporte

Tiges de rameux nus
Striant le ciel gris


Les oiseaux s'envolent
Les esprits libres s'en vont

Irai-je
… Vers les Ports,
Où se rêve le grand Océan ?

… Vers les Villes,
Où se perdent les routes vagabondes ?

… Vers les Capitales,
Où, croisée des destins
Les cœurs se trouveraient
Ô bel Amour ?


Mardi
*
Empreintes du Cœur


Où j'irai
Je ne le saurai jamais
Qu'après


L'inconnu
Toujours plus vaste
Pour votre pas

Comme le ciel
Pour vos ailes

Les ailes
Portant votre cœur
Ou c'est le cœur qui les porte ?
Ô petite Aile


Mais où qu'il aille,
Le cœur emportera toujours sa mémoire

Où dans les retours du souvenir

Le passé vous sourira toujours

Ô proches lointains

Vous en larmes
D'y seulement penser.






Mercredi
*
Paris Capitale



Capitale
Tête d'un grand corps


Corps tumultueux
Misères
Crimes
Maladies
Epidémies
Cris
Emeutes


Têtes rêveuses
Elégances
Belles ententes

Liberté chérie


Jeudi
*
Servante Gouvernante



Servir
Sans asservir
Ni soi
Ni l'autre

Pas d'esclaves
Pour les bonnes causes

Servantes au grand cœur
Servants des grands drapeaux


Ô Justice
Ô Liberté



Gouverner
Sans dominer


"Gouverneurs de la rosée"
Gouvernail du beau vaisseau
Gouverne de la vie juste et belle


Maîtres d'excellence,
Non d'obéissance


"Maître du thé"
"Maître de musique"
Maître de la chose peinte


Maîtresse de la haute couture
Maîtresse du cœur
Maîtresse de maison


Vendredi
*
Les grandes rencontres



Quelqu'un, quelqu'une
Te regarde
Te parle, t'en parle
T'écrit, t'en écrit
Te peint, te chante, te danse …

Pour que vous dansiez, chantiez, peigniez
Ensemble
Et fassiez
Amitié
Dans la grande amitié


Ainsi fit Delacroix avec Jenny
Et Jenny avec Delacroix


Voyez les peintures
Qu'il fit d'elle et de sa fille

Et toutes celles qu'elle regarde de lui avec lui

Et par lui de l'amitié avec Georges Sand
Nohant - Consuelo

Et par George Sand avec Chopin
Nocturnes - Pologne assassinée

Et par tous trois

Baudelaire
Ô servante au grand cœur
Ô toi que j'eusse aimée
Ô toi qui le savais

Et puis Alexandre Dumas et Pauline Viardot
Et tous ceux, celles, qui
De leur propre mouvement

Vinrent offrir et s'offrir
L'amitié avec Jenny


Samedi
*
Ce que disent les arts muets



Muette, la Peinture ?
Silencieuse, mais elle parle
Voyez le Maître

Toujours en conversation


Avec les couleurs
La tache jaune

Et par les couleurs, avec elles, en elles,

Elles en avant, vous en arrière
Vous en avant, elles en arrière

Avec la nature
Les herbes, les arbres
Les rivières, la mer
Les oiseaux, le ciel


Avec l'Histoire
L'Occident et l'Orient
L'Orient et l'Occident
Croisades, Invasions, Fantasias


Plus avant même et plus profond
Le grand débat avec l'animal

Ô belle humanité
Si belle d'être humaine
Vois ce que tu as fait de l'animalité


Sauvage, tu la tues ou la domestiques

Domestiquée, tu la caresses un peu : chien, chat, cheval
Mais tout de suite tu l'exploites
Labour, chasse, guerre
Et puis, boucherie, tu la manges.


Sang et cruauté,
Mais si l'animal était en nous ?


Dans l'exploitation
La domination
L'oppression

Et pour finir ou pour commencer
Le meurtre universel


Sauf

Tour de cristal de la pensée

Iles de douceur de l'Amour

Si menacées encore





Dimanche
*
L'indicible, le dire …




Eros et Thanatos
Thanatos et Eros

Maîtres du Monde
Et de notre histoire même,

Ils se vivent mais ne se disent guère


Thanatos
Dans un cri
Ou un silence qui s'installe


Eros
Dans un orgasme bruyant
Où s'installerait encore un silence ébloui



… S'il faut les dire
C'est dans le détour du désir

… Les écrire,
Dans le détour du roman

… Les exprimer,
Dans le détour des choses peintes, musiquées, dansées

L'art,
Comme la forme sensible des émotions
Dans le grand sentiment de l'existence


En cette "Jenny" même
Qui semble n'en rien dire


Thanatos dans le funèbre

… L'enterrement
Au début et à la fin du livre
Delacroix, et Jenny même

… Avant, l'agonie

La parole que Delacroix s'y dit à lui-même avant de mourir
La vie meurtrie de Jenny écrite en ce livre qui porte son nom



Eros dans le roman du désir

… Ecrit en poésie : Daphnis et Chloé, Emily Dickinson, Eluard, Rilke
… Ou peint sur le papier et sur les murs : Chagall
… Ou sculpté : Camille Claudel
… Ou musiqué et dansé : Isadora Duncan



Ou en ce livre même en écriture du bonheur

… Joie simple de l'existence simple dans l'être ensemble
… Veiller, s'éveiller
… Regarder, se regarder
… Sourire, se sourire
… Et rire ensemble de blagues pas bien fines
… Et pleurer ensemble les grandes choses tristes

Car Thanatos n'est jamais loin d'Eros

… Leçon des grandes choses peintes en allégories par Delacroix lui-même

Et que l'Eros s'en garde,

Nous dit ce grand Livre Lumière

MICHEL VERRET
octobre 2017

Auteur concerné :

Anne-Lise Sérazin


dernière mise à jour : 25 août 2019 | © Amarante 2019 |mentions légales