Retour accueil - Amarante

Communiqué

Francopolis sur "Dernières nouvelles avant le jour" Lucile Bernard

http://www.francopolis.net/revues/BernardLucile-janvier2013.html

ACCUEIL
________________________________________________________

ARCHIVES: LECTURE CHRONIQUE
Regard sur l'écriture - Soleil et Cendres - Au coeur du cri... et plus

Lucile Bernard

"Dernières nouvelles avant le jour"

aux Éditions L'Harmattan


recherche Ali Iken

Lucile Bernard est née en France et vit au Maroc depuis bientôt douze ans où elle œuvre pour le rapprochement et le dialogue entre les cultures. Ecrivain(e), fondatrice du Centre de Créatin Artistique Riad Sahara Nour à Marrakech
Dernières nouvelles avant le jour
Dix-sept voix surgies des profondeurs du silence, dix sept courts récits où se croisent la vie, la mort, la haine et l'amour, toute la fureur de vivre, publié aux éd. L'Harmattan.
Collection Amarante
"Il fait noir là-dedans. C'est comme un puits sans fond, gavé de silence. J'ai peur. Pourtant, quelque part au milieu de toute cette nuit, entre les planches de ce qui était hier encore une fenêtre, un infime rai de lumière troue l'obscurité. De toutes mes forces, je m'y accroche pour ne pas me faire engloutir par les ombres de l'enfer, c'est ce qu'ils ont dit, mon père, ma mère, mes frères, mes oncles en m'enfermant dans ma chambre et en me rouant de coups. C'était il y a cinq ou six jours peut-être, je ne sais plus…"
Dix-sept voix surgies des profondeurs du silence, dix-sept courts récits où se croisent la vie, la mort, la haine et l'amour, toute la fureur de vivre, forment la trame de ce recueil. Avec Dernières nouvelles avant le jour, Lucile Bernard nous entraîne dans une traversée initiatique où la violence et la cruauté des hommes se heurtent à la lumière obstinée de l'innocence et à la force rédemptrice d'une nature matrice et vierge, mère du monde.
Dans ces nouvelles, l'auteur "témoigne de la réalité de son temps où l'insoutenable se mêle à des galops d'humour, parfois grinçants, et à l'émerveillement, sans cesse renouvelé de toute la beauté du monde."
(Lisa Cligman Mizrachi)
Voir son entrevue sur le site des Éditions de L'Harmattan.
Extraits :
"Te souviens-tu ? C'était une chanson de Léo Ferré, je la chantais tout le temps. Tu m'accompagnais parfois en jouant du piano. Tu t'asseyais sur ton vieux tabouret rouge, déglingué, tu me regardais, me souriais et on partait à chanter comme ça, tous les deux, des nuits entières. On oubliait tout, même cette foutue guerre qui n'en finissait pas. On chantait au milieu des bombes qui n'arrêtaient pas de tomber, au milieu des morts, au milieu des cris, du ciel en feu. On chantait pour se sentir encore debout, pour se sentir vivant, résistant à l'inhumanité." ("L'amour n'a pas d'âge")
"Alors, au milieu de toute cette nuit, s'il m'est permis encore de rêver, laissez-moi courir, pieds nus, sur la mousse des forêts, m'étendre sur le dos des rivières, bondir d'une secousse d'échine, au milieu des champs en feu des coquelicots. Laissez-moi tournoyer sur la cime des arbres, les ailes offertes au vent, ivre de liberté. Laissez-moi contempler le voile fin de l'azur, la course des nuages. Laissez-moi entendre la respiration du ciel, le battement du cœur de toutes les étoiles…
S'il m'est permis encore de rêver, laissez-moi oublier toute cette nuit autour de moi, laissez-moi oublier la honte, l'humiliation, la mise à mort de l'enfance." ("Zahra ou le silence des oiseaux)
(Réf.site L'Harmattan)

Dernières Nouvelles Avant le Jour, Lucile Bernard
recherche Ali Iken
Francopolis janvier 2013

Ali Iken
janvier 2013

Auteur concerné :

Lucile Bernard


dernière mise à jour : 25 juin 2017 | © Amarante 2017 |mentions légales